J'ai commencé à dessiner à l'âge de 5 ans,
ensuite, je dessinais sur le papier dessin que me ramenait mon père
parce qu'il travaillait dans une usine de papier.
Usine dans laquelle j'ai fini par moi aussi travailler pendant quelques années.

J'ai diversifié mes outils de création, parce que j'en avais besoin,
sans trop me poser de questions.

Mes outils étaient très simples  ; Les quatre stylos bics : noir, bleu, rouge, vert
et des feuilles blanches ou à carreaux.
Je dessinais tout ce qui me passait par la tête.

Et Un jour  l'usine battit de l'aile.
J'étais intérimaire, j'avais 22 ans et toujours  un peu peur

de rester toute ma vie derrière cette machine. 
 Si je n'avais pas eu d'autres choix, j'y serais restée et j'y serais encore aujourd'hui.

Mais la vie est étrange
Et nous montre des chemins qui pourraient nous être inconnus.

L'usine a mis la clé sous la porte.

J'ai pris mes dessins aux stylos et comme je n'avais rien à perdre
j'ai "Osé" me présenter , à l'époque,
à l'Ecole des Beaux-Arts de St-Etienne, avec mes dessins aux quatre stylos bic.

Et là.....Stupeur !
Le secrétariat accepte de m'inscrire  pour passer devant le Directeur.

Nous voilà, des centaines attendant notre tour.

Le Directeur nous reçoit par petits groupes.

Je vois de superbes tableaux , des sculptures,
tout un panel de créations avec outils et matériaux dont je n'avais jamais eu accès,
comme la peinture à l'huile.

Je regarde mon dossier avec mes dessins fantasques
avec le rouge, le vert, le bleu et le noir de mes stylos,
souvent réalisés sur des feuilles à gros carreaux
et je me demande comment je vais faire  à les montrer au directeur,
et devant tout le groupe dans lequel je suis.

Le directeur nous demande de montrer notre travail chacun notre tour
et d'expliquer.

Arrive mon tour !
Je sors mes dessins, avec mes mains tremblantes et aucun mot n'arrive à sortir de ma bouche.

Le directeur regarde mes créations, me dit : "vous êtes timide ?"
Je hoche la tête pour le signe du " Oui"
Il me répond : "la timidité est souvent une marque de Sincérité".
Je suis émue.
Jamais personne ne m'avait dit une telle phrase.
j'avais fini par penser que ma timidité était une forme d'idiotie.

Le moment vient où le directeur doit choisir deux ou trois "futures" élèves
qui devront passer devant le Jury Final.

Je m'apprête à ranger mes dessins, dans ma tête je sais que je n'ai aucune chance.

Le directeur prend un de mes dessins et le montre au reste du groupe
"c'est ce genre de créations que nous voulons ici
des personnes qui soient déjà créatrices"
Il me rend mon dessin et désigne trois personnes du groupe

pour passer devant  le Jury final

Je suis choisie.

Encore aujourd'hui, je n'en reviens pas,  mais l'histoire ne s'arrête pas là.

Je prépare mon dossier pour l'examen final d'entrée.

le jour de l'examen arrive.
Me voilà devant le Jury qui me pose des questions sur l'Histoire de l'Art,
ce qui m'est complètement inconnu.
Certains professerurs sont prêts à me donner ma chance,
d'autres "plus intellos" pensent qu'il ne faut pas me donner ma chance.
Et puis il y a le Directeur, qui lui, pense que j'ai beaucoup de talent ,

 que mon parcours est un plus même si j'ai des lacunes intellectuelles

surtout en Histoire de l'Art.

Finalement le Directeur a gain de cause. Je fais mon entrée dans cette prestigieuse école.

Première année difficile  mais tellement riche en apprentissage.
je dois lire, mais je refuse de m'instruire, mais je reste très créative.
Et puis un jour je fini par céder, j'accepte de m'instruire,
de lire sur les thèmes que les professeurs nous imposent.

J'accepte d'ouvrir mon esprit par amour pour l'Art.

Nous étions une centaine d'élèves en début de première année
en fin d'année , nous n'étions plus que 50
dont 3 qui réussissent leur UV de graphisme, l'examen le plus important,
deux garçons
et une fille
et la fille , c'était moi.

Aujourd'hui quand je fais des expos, j'entends beaucoup de gens me dire :
"moi aussi je voulais faire les beaux arts, mais mes parents ne pouvaient pas payer"
Mes parents et moi même n'avons jamais payé pour l'ecole des Beaux-Arts .
J'ai eu droit à la bourse.
Mes parents s'étaient retrouvés tous les deux au chômage.
J'avais trouvé un petit boulot le week-end  pour payer mes factures et ma nourriture.

Comme si j'avais payé pour les Beaux-Arts ?
Jamais je n'ai payé
Je me suis juste battue
J'ai Osé 
Et j'ai trouvé des personnes dures avec moi,
mais qui m'ont aidé à aller toujours au-delà de mes limites.

Puis "l'art intello" s'est imposé ,
le directeur a démissionné ne voulant pas cautionner ce mouvement.

J'ai appris à ne pas suivre une mode, à rester moi même dans mon art,
à aller chercher des réponses à mes questions, souvent dans les livres,
à avoir un oeil "critique" sur mon propre travail
etc.....

et pour tout cela, 

et ces gens merveilleux qui m'ont tant donné dans cet apprentissage Artistique

je veux leur dire un grand : MERCI

1nvellevideo 0001